Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bourges-Bazar

Bourges-Bazar

Des mots, des photos, des infos ... par Alain Fourgeot


Et si le centre-ville le disait avec des fleurs...

Publié par Alain Fourgeot sur 4 Août 2016, 07:58am

Catégories : #Urbanisme.Commerce.Centre-ville

Et si le centre-ville le disait avec des fleurs...

C'EST FLEURI ! L'avenir des villes moyennes passera pas le sauvetage des centre-villes... Je ne suis pas le seul à le penser, d'ailleurs, et vous lirez, si vous n'en n'êtes pas convaincu, l'excellente enquête de Slate, dont je ne partage pas toutes les conclusions d'ailleurs, mais le propos est intéressant. On peut notamment y lire ceci : « L' hypertrophie commerciale de la périphérie –ajoutée bien sûr au développement croissant du e-commerce– a concurrencé puis contribué à plonger les commerces des centres de villes moyennes dans un marasme qui n’en finit plus. Le déclin suit un processus aussi invariable que difficilement perceptible à ses débuts : les fermetures se multiplient, le taux de rotation grimpe, le temps de vacance s’allonge. Jusqu’au jour où la multiplication des pancartes immobilières impose l’évidence : le commerce va mal. Très mal. Les propriétaires ne trouvent plus de repreneurs et les commerçants qui résistent ont de plus en plus le sentiment de faire partie des derniers des Mohicans.»

Et puis : « Moins de commerces en centre ville, c’est moins de services, bien sûr, mais aussi moins de fréquentation, moins de vie, moins d’animation. Les centres villes perdent leur attractivité, notamment auprès des classes moyennes et supérieures, qui préfèrent partir emménager en périphérie dans une maison avec jardin. Leur départ contribue à entretenir et amplifier la paupérisation enclenchée par la crise du commerce. Ultime étape de ce processus : la chute des prix de l’immobilier et la dégradation du patrimoine privé, que les propriétaires se refusent à rénover tant que le marché n’aura pas donné des signes de reprise. Le développement d’un habitat insalubre ne fait alors qu’aggraver la situation, bouclant solidement le cercle vicieux. La situation est devenue si grave dans bon nombre de villes qu’en mai dernier, Bernard Morvan, le président de la Fédération nationale de l'habillement (FNH), a publié un Plan Marshall pour le commerce indépendant de centre-ville où il réclame le "gel absolu des projets commerciaux en périphérie des villes" ». Voilà.

Quel apport avec la photo ? Aucun. Mais en passant l'autre jour dans ce centre-ville vieillissant, dans lequel la Ville n'a pas investi un centime depuis des années, à l'exclusion de ce fameux "Avaricum", présenté comme un "sauveur", et alors que nos élus pavanent à l'inauguration d'un temple de la bouffe industrielle planté en périphérie, j'ai trouvé sympathique l'initiative des commerçants qui ont fleuri ce coin de la rue Coursarlon.

Pour les vandales à la petite semaine, je signale que les gros pots en zinc sont fixés au sol et les petits, posés dessus, rentrés tous les soirs... Vous me direz que ces fleurs blanches artificielles ne combleront pas les nids de poules et ne remplaceront pas les pavés disjoints sur lesquels vous vous tordez régulièrement les chevilles ... Certes. Vous savez où se trouve le bureau des plaintes, non ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Franck 06/08/2016 19:01

Très belle initiative à saluer et développer.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents