Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bourges-Bazar

Bourges-Bazar

Des mots, des photos, des infos ... par Alain Fourgeot


À présent Delerm avant la Friday ...

Publié par Alain Fourgeot sur 22 Avril 2017, 13:18pm

Catégories : #Printemps de Bourges

À présent Delerm avant la Friday  ...

C'EST L'PRINTEMPS/4 ! Cet homme est un sujet de chamailleries ici. Elle aime É-NOR-MÉ-MENT son Vincent et moi, il me fatigue parfois avec ses mots qui deviennent des plaintes ou des murmures, même si j'adore Fanny Ardant... Je suis donc allé un peu à reculons à l'Auditorium  ce vendredi. Et puis, il y a d'abord eu l'apparition de Safia Nolin, une Québecoise brut de décoffrage. Elle vous balance d'étranges textes dans la tronche en malmenant une guitare qui donne tout ce qu'elle peut sous les coups de butoir de la dame... Qui redevient toute douce, toute tendre, quand elle reprend une chanson de Céline Dion. Un sacré phénomène, la Nolin, tabernacle !

Évidemment derrière, le petit Delerm,  dans son seyant costume noir à la Agnès B, lunettes d'écailles sur le nez, Stan Smith blanches impeccables pour mieux toucher le sol, semble un peu fragile, les poètes sont tous fragiles. Alors, je vais vous avouer un truc tout de suite : je pensais partir au bout de deux ou trois chansons... Mais je suis resté assis, Delerm m'a emballé, il n'y aura plus de bisbilles à la maison, Delerm est un grand, un vrai poète moderne, dans son temps, et son spectacle, baptisé À présent, un pur moment de bonheur... Normal, c'est du bonheur qu'il nous cause, de bonheur, d'amour, de ces sentiments « qui nous font de l'effet », de la vie qui va parfois de travers, de tous ces petits moments qui valent d'être vécus, de tous ces gens qui la traversent. Delerm est un pointilliste, il joue, tout en élégance, avec le mot, avec le verbe, raconte sa vie, fait revenir la Fanny, partage la dernière lettre d'amour de Léonard Cohen, fait murmurer et chanter son public, et même Vincent Dedienne qui donne de la voix avec lui pour nous dire au revoir... À présent je l'aime Delerm ! Merci pour ce moment... Non, pas ça, c'est déjà pris ! 

Après un moment aussi intimiste et classieux, comme aurait dit le beau le grand Serge, pas facile de retourner dans la foule. Mais on y va ... La Happy Friday ! Tout plein de monde, partout. Des milliers de gamins et des moins jeunes. Dans le W pour Wax Tailor, toujours aussi magique, au Palais d'Auron, pour mamie Calypso rose qui, du haut de ses soixante-dix-sept ans, « n'a rien lâché »... comme disait un gamin qui pourrait être son arrière-petit fils. Le Printemps de 7 à 77 ans ! Le Printemps de tous les métissages ! La musique pas la guerre ! On secoue tout ça dans sa petite tête avant de passer dans l'isoloir...

 

* Crédit photo : Antoine Monégier du Sorbier pour le Printemps de Bourges.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents