Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bourges-Bazar

Bourges-Bazar

Des mots, des photos, des infos ... par Alain Fourgeot


Dans les marais, vol et mort de cygnes...

Publié par Alain Fourgeot sur 12 Juillet 2017, 17:34pm

Catégories : #Marais de Bourges

Dans les marais, vol et mort de cygnes...

C'EST SAUVAGE ! Une famille cygne sillonnait depuis quelques semaines les coulants des marais. Elle comptait cinq cygneaux nés au printemps et faisait l'admiration des touristes. Vous ne la reverrez plus jamais ainsi réunie. Trois cygneaux ont disparu il y a quelques jours ... Kidnappés ? Probable. Il se murmure qu'une femme et deux enfants (1) ont été vus en train de les prendre au filet. Pour les vendre ? Pour les emporter dans des étangs privés. Quoiqu'il en soit, un acte répréhensible et condamnable. Le cygne est protégé.* 

Ce n'est une première dans les marais. Chaque année des couvées de cygnes disparaissent, des œufs sont volés ou cassés et des cadavres de ces grands oiseaux blancs retrouvés. Dans la dernière lettre la Vie des marais, de l'Association des maraîchers de Bourges, Jean Guimier, le secrétaire de l'AMB, raconte la « vie chaotique de Totor, le cygne des marais ». La voici...

« Il était une fois un couple de cygnes qui avait élu domicile ente la première et la troisième allée des Pains perdus, agrémentant de leur allure majestueuse cette partie des marais. Il y a trois ans, ils avaient niché à proximité de mon marais, maman cygne couvant. Totor (c'est le nom donné plus tard au mâle) restait à distance. Au bout de cinq ou six semaines, les parents étaient suivis par sept cygneaux qui découvraient les marais. Malheureusement, deux jours après, l'un d 'eux avait disparu, sûrement victime d'un carnassier, mais, cinq à six semaines plus tard, les six survivants disparurent le temps d'une nuit...

L'année d'après, même scénario, sept petits cygneaux (dont un noir)... Disparition rapide de l'un d'eux et même disparition cinq semaines après de cinq cygnes seulement, le noir ayant été épargné.

Il se dit qu'il existe un commerce "sous le manteau"de cygnes, mais quelques temps après une maraîchère a recueilli maman cygne agonisant sur le bord d'une parcelle. Elle l'a transportée chez un vétérinaire qui a constaté que la mort était du à un choc violent sur le cou (sûrement un coup de bourde**, les cygnes n'ayant pas, dans les marais, que des amis!) à la suite de quoi le petit cygne noir a lui aussi disparu. 

Restait donc Totor, le père, qui traînai sa solitude entre les parcelles "amies" et cela pendant un an. Puis, cette année, Totor a retrouvé une compagne. Très vite, ils se sont mis à la construction d'un nid ( à noter la participation effective du mâle dans ce travail ) et la future maman se mit à couver. Hélas, quelques temps après, je constatais qu'elle désertait le nid. M'étant rendu sur les lieux, je ne pus que constater la présence d'un mid, avec sept alcôves, ayant chacune réceptionné un œuf, mais aucune trace de ces œufs. Ils n'avaient pas été cassés sur place. Ils ont du être volés pour être mis en couveuse ou cassés ailleurs.

Depuis madame cygne a disparu et Totor a repris sa vie de célibataire rendant visite à ses amis maraîchers (ères). Désolé pour cette histoire triste, j'essaierai un jour un conte de fée. »

Malheureusement, l'histoire s'est répétée cette année... Sur les cinq cygneaux nés au printemps, deux seulement passeront, peut-être, l'été dans les marais...

* Le cygne tuberculé est l'une des espèces pour laquelle les mesures de protection accordées par l'Accord sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie et la Convention de Ramsar s'appliquent. En France, bien que cette espèce soit classée dans la liste des espèces protégées, la forme immutabilis ou cygne blanc polonais est classée dans la liste des animaux domestiques par le ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire.

** La bourde est le grand bâton qui permet aux maraîchers de pousser leur plate...

PS. Pendant que nous sommes dans les marais, un mot sur la Chronique du Berriaud paru dans le numéro du 28 juin du Petit Berrichon et consacrée « aux vergers et potagers du centre-ville ». Bernard Epailly écrit qu'il « n'y a pas plus de 10% de friches », alors qu'on est plus proche des 30%, et que la municipalité de Bourges entretient les coulants... Erreur, l'entretien des coulants est à la charge des propriétaires et locataires des parcelles. Seuls les grands canaux de circulation et l'Yèvre sont entretenus, une fois par an, à l'approche de la fête des Marais, par la ville de Bourges.

. MISE À JOUR. 13/07/2017.  (1) La gazette locale parle quant à elle de trois jeunes circulant à vélo, aperçus par un témoin, dimanche dernier. Elle ajoute qu'un plainte a été déposée auprès de l'Office nationale  de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) qui a lancé un appel à témoins.  Tél. 02.34.34.61.14. 

Le cygne

Que de roseaux s’alignent
et font la révérence !
c’est en l’honneur d’un cygne,
qui désormais s’avance.

Les roseaux, amarrés,
coupent l’air et se penchent,
comme pour effleurer
la silhouette blanche.

Son sillage insinue
que ses immenses ailes
n’auront jamais connu
le vertige du ciel.

Il poursuit jusqu’au bord
et meurt en le touchant,
et l’on entend encore
la chute de son chant.

Philippe Martineau
début 2013

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents