Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bourges-Bazar

Bourges-Bazar

Des mots, des photos, des infos ... par Alain Fourgeot


Un moratoire commercial jusqu'en 2020...

Publié par Alain Fourgeot sur 3 Octobre 2017, 07:05am

Catégories : #Commerce.Urbanisme

Un moratoire commercial jusqu'en 2020...

C'EST LA ZONE ! C'est donc à l'initiative de la ville que se sont tenus en début de semaine les États généraux du commerce.  Le PM-etc n'est pas peu fier de son initiative. Il a même pondu une petite vidéo dont il a le secret et balancé le tweet suivant : « États généraux du commerce de #Bourges. En tant que maire, j'ai décidé de prendre un moratoire sur le dvlpt des ctres commerciaux de périph ...» C'est d'jeune comme écriture... Mais comme vous l'êtes, vous avez compris... Un moratoire pour annoncer que, d'ici la fin de SON mandat,  il n'y aura aucune construction de centres commerciaux en périphérie ! Pas mal, non ? Peut-être un peu tard ? Probablement. Car comme le rappellent ceux qui suivent le débat sur les réseaux, le PM-etc a, depuis 2013, accepté plus de 46.000 mètres carrés de commerce en périphérie... Oui, on n'en a pas fini avec les annonces tonitruantes d'ici les prochaines municipales ...

L'organisation des États généraux partait d'un constat, explique-t-on sur le site de la ville : « Selon le premier cahier de l’Institut pour la ville et le commerce, "la vacance commerciale suscite depuis une quinzaine d’années* une préoccupation croissante des pouvoirs publics et des acteurs de l’aménagement et de l’immobilier commercial". En France, la vacance commerciale commence à croître régulièrement dans les centres villes à partir des années 2010 (et gagne depuis lors en moyenne un point par an). En 2016, elle atteint en moyenne 11,3 % dans le cœur des agglomérations urbaines de plus de 25.000 habitants. Cette progression concerne globalement toutes les villes. Il semble ainsi fondamental de considérer cette menace qui pèse sur les cœurs de ville. C’est pour cette raison que la municipalité et ses partenaires mettent en place des États généraux du commerce. Une telle démarche n’a de sens qu’en y associant les principaux acteurs du dynamisme économique en centre-ville : les commerçants.»

Commerçants auxquels la ville avait fait distribuer, avant la réunion de lundi, quelque sept cents questionnaires. Si l'on en croit la gazette locale, « quarante-cinq copies seulement sont revenues à la mairie. »... Il en était ressorti, toujours selon la gazette, que le stationnement était montré du doigt. Derrière arrivait une demande maintes fois réitérée : rééquilibrer l'offre entre centre-ville et périphérie.  Sûr qu'il serait temps d'y penser.  « En 2014, on comptait 456 mètres carrés de surface alimentaire pour mille habitants, quand la moyenne nationale était de 373. Avec les projets en cours en périphérie**, on est aujourd'hui largement au-delà des cinq cents mètres carrés » ajoute la gazette.

Pour calmer le jeu, le PM-etc a donc pris la bonne résolution. « Décision pathétique » a aussitôt commenté, sur FB, son ex-concurrente socialiste au poste de maire :« Annoncer un moratoire sur de nouveaux projets en périphérie alors que sept projets déjà acceptés sur dix ne sont pas encore réalisés a quelque chose de pathétique.» De son côté, le collectif Pour la sauvegarde du centre-ville de Bourges a salué l'initiative. « Quand on prend une bonne décision (même si elle arrive trop tard et que l'on est aussi un des responsables de cet état de fait), celle-ci est saluée nationalement par les spécialistes de l’aménagement du territoire.» Partageant  les commentaires du collectif national Comment la France a tué ses villes  : « Le maire de Bourges annonce ce 2 octobre un "moratoire sur le développement des centres commerciaux de périphérie". Bonne nouvelle, même si elle arrive très tard à Bourges, où la prolifération commerciale a fait beaucoup de tort à cette ville magnifique. Plusieurs villes ont pris, ou sont en train de prendre, la même décision, par exemple Angers, Avignon, Bourg-en-Bresse ou Saint-Omer. Une fois l'annonce effectuée, reste le plus dur : résister aux sirènes de la grande distribution, refuser la croyance en une hypothétique "complémentarité" entre commerces de ville et commerces de périphérie, penser systématiquement à l'emplacement des équipements et des services publics (hôpitaux, Pôle emploi, maison de retraite.. comme privés (hôtels, cinémas...) » Du boulot en perspective ...

* Oui, vous avez bien lu, quinze ans de réflexion ! 

** Notamment à Saint-Doulchard (Leclerc), une nouvelle zone route de La Charité, un projet (contesté) de Lidl face au Prado, etc.

PS. Le PM-etc a également décidé d'adhérer à l'association Centre-Ville en mouvement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents