Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bourges-Bazar

Bourges-Bazar

Des mots, des photos, des infos ... par Alain Fourgeot


Petite(s) leçon(s) de démocratie locale ...

Publié par Alain Fourgeot sur 28 Juin 2019, 19:05pm

Catégories : #Politique.Municipales.

Petite(s) leçon(s) de démocratie locale ...

- C'est politique ! Comme vous le savez peut-être, le dernier conseil municipal a été écourté. Par le PM-etc. Le quorum n'étant plus atteint après le départ de certains élus LR et de toute l'opposition municipale. Et comme ils n'étaient déjà pas bien nombreux, nos élus, certains membres de la majorité  désertant les bancs du conseil depuis des mois, le PM-etc a été contraint de lever la séance...

Le clash est arrivé après le refus du R(r)adical Pascal Blanc, candidat à sa propre succession, de donner la parole à son ancien « ami de toujours », il a été son directeur de campagne, le républicain Philippe Mousny, qui a depuis longtemps affiché ses prétentions à mener une liste pour les municipales en 2020. Il a levé le doigt pour demander la parole, oui, c'est un peu comme un cours de CM2, un conseil, et son ex-mentor lui a refusé, alors qu'il avait donné la parole au PS et au PCF...

Philippe Mousny a donc quitté la salle en criant à la « parodie de démocratie. » Suivi par deux de ses alliés présents, Lylian Lasnier et Alain Bardeau-Ferrieux. Puis par Véronique Fenoll (LR), elle-même sanctionnée en début de mandat pour les mêmes raisons, une abstention pendant le vote de budget...

Et tout cela a donné de l'élan aux deux groupes d'opposition et à l'Insoumis, qui se sont levés d'un(e) seul(e) homme/femme - c'est inclusif, ce truc ? Laissant autour du président-maire une poignée d'élus de sa majorité.

Faut-il en rire ? Pas sûr. La vie politique et l'exercice de la démocratie locale mérite mieux ...

Le PM-etc s'est immédiatement justifié sur sa page FB  en s'adressant à « ses chère(s) Berruyères et chers Berruyers ».  « Ce soir au conseil municipal nous avons assisté à de basses alliances politiques de circonstances et au mariage de la carpe et du lapin, ou quand les Républicains représentés par Philippe Mousny, s’associent avec le Parti Socialiste, le Front de Gauche et la France Insoumise pour provoquer un incident de séance, faire tomber le quorum et stopper le conseil municipal ». Le complot, le complot !

« Philippe Mousny et ses quelques acolytes avaient bien entendu organisé cet incident depuis plusieurs jours,  car absents (sans s’excuser bien sûr) de toutes les instances où la majorité municipale travaille et construit les délibérations qui sont ensuite votées en conseil » poursuit-il avec une certaine... véhémence. Plus loin, il parle même de « pleutrerie », de « Philippe Mousny et ses compères »; dénonce les « tribunes politiques » destinées à « donner l'illusion de briller quelques instants »...  Ça distribue grave  les claques, un PM-etc en colère ! 

L'élu poursuit et explique :  « Certains, ont crié au déni de démocratie. Je les invite à prendre connaissance du règlement intérieur du conseil municipal qu’ils ont pourtant voté au début de leur mandat. Il est bien stipulé que la répartition du temps de parole est organisée par groupes qui composent le conseil municipal : 50% pour le groupe majoritaire dont je suis le représentant et 25% pour chacun des deux groupes d’opposition, représentés par Mme Félix et M. Guérineau. J’avais au titre du groupe majoritaire largement utilisé ces 50% de temps de parole sur cette délibération...» 

Enfin, enfonçant un peu plus le clou de la crucifixion, il demande à Philippe Mousny d'avoir « le courage de  démissionner de son poste de maire-adjoint », de « quitter la majorité municipale » et de rejoindre « l'opposition municipale avec laquelle il a fait alliance. » Et au sein de laquelle il n'aura toujours pas la parole...

Philippe Mousny n'a, semble--t-il, pas  répondu au message de son ancien mentor. J'ai cherché, pas trouvé*. D'autres s'en sont chargé, de commenter ... Le conseil devra être convoqué à nouveau avant lundi, le code des collectivités locales prévoyant  « que les comptes administratifs soient validés avant le 30 juin de l'année qui suit la clôture de l'exercice », soit... ce dimanche **.

Ça promet !  

_ Mise à jour. 29/06/2019. Philippe Mousny a choisi la gazette pour  répondre à Pascal Blanc. L'adjoint LR estime que « le maire a fait preuve d'une attitude totalitaire, autoritaire et dictatoriale ». Ajoutant que s'il a été maintenu à son poste d'adjoint c'est parce que le maire « n'a pas eu le courage  de me démissionner et m'a maintenu pour se permettre d'aller expliquer que je reste à des fins uniquement lucratives, pour discréditer une personne qu'il redoute ». Dans la foulée, Philippe Mousny annonce vouloir renoncer à son indemnité mais n'envisage en aucun cas de démissionner... Et qu'aurait-il dit si le maire lui avait donné la parole l'autre soir ? « Que l'endettement  va repartir à la hausse dans les prochaines années » et qu'il a constaté « quelques approximations dans le compte administratif de l'ordre de quatre à cinq millions » d'euros. Des arguments de campagne ? 

En attendant, le conseil municipal est à nouveau convoqué pour ce dimanche, à l'heure de la messe ...

* Il aura fallu attendre ce samedi 29 juin pour que Philippe Mousny réagisse sur sa page FB. Il y réitère les propos tenus pour la gazette. Et ajoute que le quorum n'a pas été atteint après le départ du « front citoyen » car le maire « n'arrive pas à garantir la présence de vingt-cinq membres de sa majorité alors que nous étions trente-huit au début de mandat ».

- ** Mise à jour. 01/07/2019. Le conseil a donc adopté ce dimanche le compte administratif par les vingt-cinq (sur quarante-neuf) conseillers présents. Une nouvelle session se déroulera ce jeudi 4 juillet pour boucler l'ensemble des délibérations prévus jeudi dernier.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents