Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bourges-Bazar

Bourges-Bazar

Des mots, des photos, des infos ... par Alain Fourgeot


À travers les mots, la réalité lisible (70)...

Publié par Alain Fourgeot sur 5 Juin 2020, 13:49pm

Catégories : #A travers les mots

À travers les mots, la réalité lisible (70)...

C'EST DANS L'ACTU. C'est une rubrique qui revient régulièrement ici, autour du 5 du mois. Une sorte de grand bazar d'échos, d'infos, de mots. Comme un trait d'union. Certains m'ont suggéré de changer le mot "lisible" par le mot "risible" et il est vrai que, parfois, c'est tentant. Épisode 70... Où, évidemment, il est beaucoup question des municipales...

- C'est libre ! Yann Galut, désormais à la tête de la liste d'union des gauches, après son alliance avec Irène Félix, lit Bourges-Bazar, dites donc ! Et il a même commenté l'autre soir, sur Facebook, alors qu'il pourrait le faire sur le blog, mon post de Pentecôte sur l'esprit sain !.  « Je suis pour la totale liberté de la presse ainsi que des blogs, vous avez pertinemment le droit d'écrire ce que vous souhaitez. » écrit-il ! Ouf ! Me voilà rassuré. Mais ... car il y a un mais ! 

- C'est frondeur ! Mais... écrit encore l'ancien député socialiste, « vous pouvez toujours me contacter avant d'écrire certaines choses pour les vérifier ». Parce que voilà, j'ai affirmé qu'il avait été un député frondeur sous François Hollande. Ce qu'il nie... « Je ne l'ai jamais été » m'écrit-il, même s'il reconnaît s'être opposé à la politique de François Hollande et d'Emmanuel Valls. Je lis, pourtant, dans le Monde daté du 19 juin 2017, la chose suivante, à propos des législatives qu'il a perdues face au candidat Marcheur : « La seconde victime est le très médiatique frondeur socialiste Yann Galut, dans la 3circonscription. » Le Monde, quand même! Question : a-t-il protesté auprès du rédac'chef du quotidien national pour demander un rectificatif ?

- C'est lâché ! Restons avec le presque Frondeur. Toujours dans le même commentaire « il regrette » que j'aie fait état des « prétendues demandes d'Irène Félix », concernant notamment la présidence de l'agglo. « Vous savez très bien que dans une négociation quelle qu'elle soit, il y a des exigences de départ et un point d'arrivée » Ben oui.... Et à l'arrivée, c'est Irène Félix qui a donc remporté le morceau et va présider Bourges Plus. Si la gauche passe ! 

- C'est allié ! L'ex « très médiatique Frondeur » Yann Galut a évidemment annoncé la fusion des deux listes de gauche sur les réseaux, via une vidéo en direct sur FB et un petit commentaire qu'il a ainsi conclu : « Face à l'équipe #municipale sortante qui se déchire publiquement depuis un an, qui se déclarait irréconciliable et qui fait liste commune uniquement pour faire barrage à notre collectif, nous vous proposons un projet ambitieux, concret et pragmatique pour #changer Bourges. Leur alliance de circonstance ne trompera personne ». C'est vrai qu'à gauche, on se ne s'est jamais déchiré et que l'alliance n'est pas de circonstance ! 

- C'est perdu ! Et à droite ! Pascal Blanc, arrivé en seconde position, à égalité avec son ex adjoint aux travaux Philippe Mousny, à l'issue du premier tour, a donc perdu son combat. Et n'est pas loin de l'humiliation... Il ne sera pas tête de liste, ni maire adjoint et se retrouve en dix-neuvième position. Éligible si la liste gagne, mais si elle perd, retour à la vie d'avant. « Les pressions ont du être énormes pour qu'il lâche le morceau, explique un de ses électeurs, à moins qu'on lui ait promis quelque chose en haut lieu ... » À suivre...

- C'est goudronné ! L'union à droite a bien failli ne pas avoir lieu. « Si Blanc, qui a perdu son pari dès le premier tour, en ne bénéficiant même pas de la prime au sortant, s'était maintenu face à Mousny, le seul capable de battre le duo de gauche, il aurait porté une lourde responsabilité, affirme un proche de la liste, et n'aurait pas été loin du goudron et des plumes... » On se croirait dans un album de Lucky Luke ! 

- C'est ambitieux ! Après avoir conclu leur accord aux forceps, Philippe Mousny et Pascal Blanc ont publié un communiqué commun dans lequel ils expliquent être amenés à une « ambition nouvelle pour notre territoire, plus résiliente et plus prospective; le cumul des mandats n'étant donc pas envisageable. » En cas de victoire le premier sera donc maire, l'autre candidat à la présidence de l'agglo... « À moins que le jour de l'élection, certains cherchent à faire un enfant dans le dos au PM-etc... histoire de lui rendre la monnaie de sa pièce » lance un observateur. Rappelons qu'il y a six ans, Pascal Blanc s'était présenté contre Alain Tanton, son adversaire du premier tour, reniant sa promesse de campagne de ne pas cumuler les deux postes... Pas de rancune, de la mémoire ! 

- C'est douteux ! Pour autant, la victoire de la droite est loin d'être acquise. Rappelons que Pascal Blanc et Philippe Mousny cumulent 48,50% quand le total de la gauche est de 49,75% sans compter Lutte Ouvrière (1,75%). Tout dépendra donc de la mobilisation et des abstentionnistes (plus de 60%).  Certains proches de Philippe Mousny s'inquiètent donc sur les réseaux. « Tout dépend de nous, a répondu un conseiller municipal "frondeur", passé dans le camp de Mousny, six ans de GAUCHISME ne m'intéresse pas, je connais Philippe, je lui fais confiance ». Gauchisme est bien en capitales, je n'ai rien inventé ! 

- C'est fini ! Parmi les grands absents de ce second tour, Nathalie Bonnefoy, la dynamique adjointe aux sports de Pascal Blanc, et Frédéric Charpagne, celui de la culture. Sur sa page FB, la première a écrit : « Après dix-neuf ans de bons et loyaux services, je suis malheureusement éjectée ! Pas de mon choix. Ne vous inquiétez pas pour moi, je rebondirai ! » Quant au second, il a indiqué qu'il n'était « pas déçu de ne pas figurer sur la liste conduite par Philippe Mousny puisque je n'ai jamais souhaité en faire parti ! Avouez que ça tombe bien ! » Oui, ça tombe pile-poil !

- C'est fini (bis ). Autres grands absents de ce second tour, quelques fidèles de Pascal Blanc comme Marie-Odile Svabek, déléguée à Asnières, qui a sobrement commenté son sort avec un proverbe provençal : « Parfois les gens que tu aimes le plus sont ceux à qui tu devrais faire le moins confiance. » Également rayés de la liste, Pascal Tinat, qui n'a pas commenté sur les réseaux, pas plus qu'Annie Mordant, affaires sociales, ou Pierre-Antoine Guinot, gérant du patrimoine et du tourisme. Côté Mousny, fin de partie pour Véronique Fenoll, qui fut, il y a six ans, l'adversaire de Pascal Blanc avant de fusionner avec lui et d'être plus tard sanctionnée par celui qui était devenu « le patron »... Quel destin ! 

- C'est fini (ter). À gauche aussi, on a élagué grave ! De la liste Galut disparaissent Agnès Sinsoulier-Bigot, la conseillère régionale PS chargé de la culture, Guillaume Crépin, secrétaire du PS et directeur de campagne de l'ex-frondeur. De la liste d'Irène Félix, quelques proches rentrent à la maison, Jean-François Babouin, professeur à l'IUT, Brigitte Hosmalin, ancienne commerçante et militante culturelle, Bertrand Couderc, ancien bâtonnier, entre autres...

- C'est à distance ! Revenons à quelques évènement antérieurs au psychodrame de la Pentecôte et d'abord au dernier conseil municipal réuni sous la présidence de Pascal Blanc, quelques jours après le déconfinement. Conseil en petit comité... Seuls les représentants des groupes étaient présents, les autres en visioconférence. Philippe Mousny est donc resté chez lui, comme ordonné par le PM-etc, au prétexte qu'il n'avait pas eu le temps de former un groupe - ils n'étaient pas encore  redevenus copains. Alors que le socialiste Hugo Lefelle (PS), dont le nouveau groupe, créé en décembre dernier mais pas entériné par le règlement intérieur du conseil, était bien présent en chair et en os ! 

- C'est électoral ! Irène Félix, qui n'avait pas encore signé d'accord avec l'ancien Frondeur, a remis en cause la légitimité de ce conseil et profité de son temps de parole pour égrener vingt-huit mesures « qui pourraient faire consensus parce que, après tout, notre parti, à tous, c'est Bourges » Son slogan de campagne ! Parmi ces mesures, la gratuité des parkings, la piétonisation de la rue Moyenne le samedi après-midi, un plan vélo... J'en passe. Réaction souriante de Pascal Blanc : « On dirait un programme électoral ! » 

- C'est traduit ! Le conseil municipal a comme toujours été retransmis en direct sur Facebook mais cette fois avec une traduction automatique, un robot quoi, pour que les malentendants puissent suivre les débats ! Bon, très drôle évidemment, la traduction... Parking du gaz pour parking Cujas, monsieur le feel pour Lefelle, Madame Knoll pour Fenoll, prévost pour prévaut, Moustique pour Mousny... Moustique tigre ? Celui a mis la fièvre à ses adversaires et donné des maux de tête à son vieil ami ! 

C'est tout pour aujourd'hui ! Souriez ...

 

 

 

 

 

 

-

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

philippe 21/06/2020 06:34

Finalement Bourges Plus devient le lot de consolation des perdants au mépris de l'avis des électeurs

Pierre Fosset 05/06/2020 15:24

Toujours aussi drôles tes brèves mon Grand! J'adorre

Alain Fourgeot 05/06/2020 16:17

Merci, Pierre. L'essentiel est bien d'en sourire tout en restant... informé ...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents