Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bourges-Bazar

Bourges-Bazar

Des mots, des photos, des infos ... par Alain Fourgeot


Dans les marais, le même scénario qu'en 2019...

Publié par Alain Fourgeot sur 3 Août 2020, 16:56pm

Catégories : #Environnement. Marais.

Dans les marais, le même scénario qu'en 2019...

C'EST SEC ! Et rebelote ! Les coulants des marais d'en haut sont en train de se vider. L'Yèvre, qui a été à son plus haut niveau pendant tout le printemps et le début de l'été, a baissé subitement. Plus de quarante centimètres en une dizaine de jours. De nombreux maraîchers ne peuvent dorénavant plus accéder à leurs parcelles pour récolter leurs légumes. L'an dernier à la même époque, le scénario avait été identique. Et la situation avait perduré jusqu'à l'automne. Au mois de septembre 2019, on pouvait marcher les pieds au sec dans tous les coulants. Les voleurs en avaient largement profité pour venir cambrioler les cabanes et piller les vergers...

Si la situation s'aggrave, le faucardage, prévu pour la semaine du 16 au 24 août, avant la fête des Marais (29/30 août), ne pourra probablement pas être fait correctement. Et pourtant, il y a du boulot. Depuis des semaines, la jussie s'étend sur le Langis et l'Yèvre. Le courrier en date du 15 juillet, envoyé par Michel Melin à Catherine Menguy, la nouvelle ministre chargée de l'environnement, demandant l'intervention de la ville, sur les deux rivières, communales dans la traversée des marais, est resté sans réponse. Le président de Patrimoine Marais a réitéré sa demande à Hugo Lefelle, l'adjoint aux travaux, lequel a posté ces derniers jours, sur Facebook, une photo de la faucardeuse en action au lac du Val d'Auron. « C'est cette faucardeuse qui coupe et qui ramasse les herbes grâce à son tapis roulant dont nous souhaitons le retour urgent dans les marais afin de remplacer la petite qui coupe et qui ne ramasse rien, écrit Michel Melin. Voyez le résultat pour les herbiers de jussie, cette année la prolifération est un drame pour les marais classés, les maraîchers sont en colère. » Mais seront-ils entendus ?

Le seront-ils aussi dans leur demande de remplacer l'écogarde qui doit quitter ses fonctions à la fin du mois ? Rien ne dit, pour l'heure, qu'un nouveau policier sera nommé. Ce poste avait été créé fin 2016 sous le règne du PM-etc.  

- Mise à jour. 05/07/2020. J'ajoute ici le post Facebook d'Irène Félix, la présidente de Bourges Plus (que j'invite à intervenir sur Bourges-Bazar dans les commentaires) : 

« Oui, les marais sont menacés. J'en ai longuement parlé au préfet dès notre première entrevue le 24 juillet dernier. J'ai notamment insisté sur le fait que l'État, qui a classé ce site, devrait s'engager pour assurer sa pérennité. Cela passe notamment par la rénovation (sans doute en les transformant) des ouvrages hydrauliques qui assurent la répartition des eaux entre l'Yèvre, le grand canal et la Voiselle et en réduisant les fuites d'un bras à l'autre de la rivière. C'est le syndicat de la vallée de l'Yèvre qui pourra intervenir mais il faut qu'il en ait les moyens : mon intervention auprès du préfet a pour objectif d'obtenir des financements de l'Etat, par exemple au titre du Contrat de Plan État Région. J'en ai déjà parlé aussi avec François Bonneau. Enfin, j'ai pris rendez-vous avec le président du SIVY, Gilles Benoit, pour le 3 septembre pour que le syndicat monte le dossier ad hoc. 
C'est une piste sérieuse. Mais il faut être lucide : les effets ne seront pas avant un (plutôt deux) à trois ans au mieux. 
Limiter les prélèvements en amont sur la rivière est évidemment utile mais restera je pense insuffisant tant que ces travaux ne seront pas réalisés. Néanmoins, il faut aussi y veiller.
Concernant la jussie et l'entretien des coulants, je fais évidement confiance à mes collègues municipaux pour faire ce qu'ils pourront. Laissez leur quand même le temps d'arriver et de prendre connaissance du dossier ! 🙂 Je pense que la ville doit s'attacher à entretenir de façon exemplaire les coulants au droit des "allées" municipales. Emmenez mes collègues sur site : ce sera plus facile.
Nous avons travaillé par ailleurs avec Marc Stoquert sur le recensement "d'emplois utiles" pour alimenter un projet "territoire zéro chômeur de longue durée". C'est une piste possible pour la ville pour contribuer à cet entretien. Nous aurons l'occasion de la partager avec Catherine Menguy.  Dans les parties privées, sans doute peut-on passer aussi par une forme coopérative ou associative libre (non obligatoire) à laquelle pourraient librement adhérer ceux qui ne peuvent pas ou ne peuvent plus entretenir eux-mêmes leurs coulants. Les associations de maraîchers pourraient jouer un rôle d'animation ou de relais sur ce sujet. Elles pourraient de même solliciter l'intervention d'associations d'insertion ou d'entreprises à but d'emploi du projet "territoire zéro chômeur de longue durée". Enfin, je me demandais si nous ne pourrions pas tenter un appel à projet innovant pour faciliter l'arrachage de la jussie. L'avis des usagers/experts sera bienvenu. Qu'en pensez-vous ? Et pour finir, la poursuite de l'entretien par la ville au titre de la Déclaration d'Intérêt General est bien sûr à assurer, au moins en l'attente de solutions plus pérennes sur l'amont et sur le Langis.»

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Nous sommes aussi aller voir du côté de l'Yèvre-amont des marais : Moulins s/Yèvre,etc...ça pompe dur n'importe quand en pleine journée sous le soleil, en plein déchaumage afin d'éviter la poussière autour du tracteur...on arrose le champ ! scandaleux ! que font le SIVY,la DDT et l'AFB. !! ????
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents