Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bourges-Bazar

Bourges-Bazar

Des mots, des photos, des infos ... par Alain Fourgeot


Forbes classe Bourges dans les villes à explorer...

Publié par Alain Fourgeot sur 8 Août 2020, 17:24pm

Forbes classe Bourges dans les villes à explorer...

C'EST FORBES ! Dans le magazine en ligne forbes.com , version américaine, en date de fin juillet, cet article consacré aux « cinq villes historiques françaises qu'il faut explorer après Paris...» - c'est le titre du papier.  Qui sont ? Nîmes, Quimper, Metz, Pau et ... Bourges. Jared Ranahan évoque les origines d'Avaricum, les vieilles rues et les maisons à colombages (ci-dessus, la rue Jean-Girard et la place Gordaine), la cathédrale Saint-Étienne classée au Patrimoine mondial de l'Unesco en 1992 et bien évidemment les marais. Lesquels, « juste à l'est de la vieille ville de Bourges, ont été en grande partie préservés au cours des siècles, ce qui en fait la destination idéale pour les amoureux de la nature qui espèrent rencontrer la faune indigène française». Bon... Pas sûr qu'en ce moment le spectacle soit particulièrement réjouissant, vu la couleur de l'eau de l'Yèvre, enfin ce qu'il en reste, et l'état des coulants, devenus, depuis quelques jours, des couloirs de boue, mais bon, il a dû venir en hiver ou au printemps, le contributeur de Forbes - s'il a fait le voyage. Quant à la faune ... Deux jeunes cygnes en goguette qui ont échappé aux prédateurs..., quelques hérons, des pigeons, des foulques macroules, que nombre de touristes traitent de canards, les malheureux, deux ou trois poules d'eau et, mais il faut avoir l'œil, quelques martins-pêcheurs... Reste que la balade est sympa, mais si, et qu'on ne va tout de même pas se plaindre que le grand magazine américain donne un coup de projecteur sur la cité de Jacques-Cœur... même si les Américains, pandémie oblige, sont restés ... at home !

Autre coup de projecteur,  dans le Figaro.fr/voyages en date de ce vendredi, avec cet article, signé Bérénice Debras, sous ce titre aguicheur : Bourges les pieds dans l'eau. L'auteur  évoque notamment un jardin baptisé le Paradis, propriété de Régine et Jean-Claude Lassince, retraités de la région parisienne, qui seraient « les seuls ici à accueillir des visiteurs dans leur potager », écrit la journaliste, sans préciser que l'on peut, sur commande, y manger... « On y papote semis, légumes anciens et engrais naturel au milieu de leurs tomates (soixante-dix variétés !), fenouils, courgettes, blettes, radis, mûriers et j'en passe, écrit Bérénice Debras. "Tout a commencé en 2012, explique Régine. Je sortais de deux cancers et rêvais d'un lopin de terre et de poules. Mon mari et moi aspirions à un projet commun, un retour à la nature et à une vie simple. J'ai fait de la jardinothérapie. C'est très bon pour le moral. Et quelle émotion quand j'ai mangé ma première salade !"». De la jardinothérapie ! Les maraîchers en font, certains depuis cinquante ans, sans le savoir ! 


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents