Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bourges-Bazar

Bourges-Bazar

Des mots, des photos, des infos ... par Alain Fourgeot


Télérama, Ensa, musée et désertification ...

Publié par Alain Fourgeot sur 21 Janvier 2022, 17:26pm

Catégories : #Art. Culture

Télérama, Ensa, musée et désertification ...

C'EST MÉDIATIQUE ! C'est le titre qui m'a fait un peu tilter les méninges ! « À Bourges, la désertification du centre-ville affecte l'École nationale supérieure d'art » peut-on lire dans un article de Télérama en ligne. On pourrait retourner la question : L'Ensa est-elle dynamisante pour le centre-ville ? 

« Comme de nombreuses villes moyennes, Bourges se heurte à la nécessité de revitaliser son centre-ville. Dommage collatéral de cette bataille, son École nationale supérieure d’art s’enlise dans un conflit qui révèle l’importance de donner une dimension culturelle à toute politique urbaine » écrit la journaliste envoyée spéciale dans la cité Jacques-Cœur. Elle rappelle que l'ancien collège des jésuites, devenu le lycée Alain-Fournier, avant d'être l'Ensa, est en piteux état et que les travaux de rénovation ont déjà  coûté dans les trois millions d'euros à Bourges Plus. Pour quel résultat, alors que plusieurs salles ont été condamnées en attendant la suite des évènements ? Car la question se pose : l'Ensa doit-elle rester ici, dans ces locaux vétustes ou déménager aux Gibjoncs dans les anciens locaux d'Axéréal que l'ancienne municipalité avait rachetés pour y installer les services de Bourges Plus. Projet abandonné par Irène Félix, l'actuelle patronne de l'agglomération, souhaitant investir l'immeuble Pinon qui accueillait jadis la Maison de la Culture.

« Un bras de fer oppose tous les différents acteurs d’un imbroglio administratif : le propriétaire du site (la mairie), le gestionnaire (l’agglomération Bourges Plus), le locataire (le ministère de la Culture) et les occupants (la directrice, les enseignants et les étudiants) » écrit la journaliste. Car le dossier est dorénavant sur le bureau de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, interpellée par tous les acteurs locaux pour lui demander le maintien de l'école dans ses murs actuels ainsi qu'une rallonge budgétaire... 

Pour Télérama, si le projet d'Axéréal a été pour l'heure abandonné c'est « parce que les élus ont tout intérêt à intégrer l’Ensa à leur projet de revitalisation du centre-ville »  Tout intérêt ! Ça se discute. L'aménagement d'un grand musée dans ces bâtiments classés auraient probablement une vraie « dimension culturelle » et plus d'impact sur la revitalisation du centre-ville que le maintien ici des étudiants et des professeurs, qui de l'aveu même d'un ancien élève, aujourd'hui Parisien, forment une « une sorte de microsociété qui n'a jamais été intégrée à la ville ni aux politiques publiques ». Yann-le-grand-communicant pense différemment :  « Déplacer l’Ensa en dehors du centre-ville serait une aberration, a-t-il déclaré au magazine. On ne peut pas avoir d’un côté le ministère de la Cohésion des territoires qui se bat pour remettre des commerces en centre-ville et de l’autre le ministère de la Culture qui déménage l’école d’art à Turly ! » Si c'est pour financer un grand musée, pourquoi pas ? Rêvons un peu... Dans le prolongement du Musée Estève et de la galerie La Box, ce nouvel équipement trouverait toute sa place dans la réhabilitation d'une place Cujas vidée de ses voitures. Un projet ambitieux, qui courrait sur plusieurs mandats et serait, à coup sûr, un atout supplémentaire dans le dossier de candidature de Bourges, Capitale de la Culture 2028... 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
L'ENSA n'apporte pas grand chose à l'hyper centre-ville. Les étudiants ne sont pas là le week-end, arrivent le lundi, repartent le vendredi. A part quelques achats dans ce centre-ville déserté (à part Avaricum), les étudiants n'ont pas beaucoup de choix, godasses et fringues divers. Restaurations très rapides etc...<br /> De plus, pas facile de se concentrer dans les études dans un contexte de chantier permanent.<br /> L'ancienne Maison de La Culture est le lieu le plus propice, quartier plus animé (les jets d'eau sont plus jolis que la place Cujas en l'état actuel), plus aéré. Et la cerise sur le gâteau ? Les Transports Urbains au pied du bâtiment, c'est le pied pour les Etudiants. Facilité pour stationner leurs véhicules (électriques..).<br /> Un Musée rue Branly ? Pourquoi pas ! Quartier historique, avec une belle place devant...dans quelques années . Bourges mérite enfin d'avoir un lieu historique pour montrer, au Public divers, tous les trésors cachés ou entreposés depuis des décennies dans des locaux obscurs.<br /> Merc pour votre attention.
Répondre
A
Sûr que le bâtiment Pinon, qui accueillait la Maison de la Culture, aurait pu être un excellent choix pour l'Ensa, je suis bien d'accord avec vous. Mais je ne sais pas si sa superficie eût été suffisante... Merci de suivre Bourges-Bazar.
P
Encore faudrait-il que la municipalité ait un véritable projet culturel avec de grands ou moyens projets. A quoi sert de lancer des propositions concernant l'immobilier ou la localisation quand on a aucune idée de ce qu'on va y faire?
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents