Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bourges-Bazar

Bourges-Bazar

Des mots, des photos, des infos ... par Alain Fourgeot


Assises des marais : épépiner les groseilles ...

Publié par Alain Fourgeot sur 21 Septembre 2022, 14:51pm

Catégories : #Marais de Bourges

Assises des marais : épépiner les groseilles ...

C'EST COULANT ! Moins de cent personnes ! J'ai compté... Disons quatre-vingt-seize. Pour une salle, l'Auditorium, pouvant en contenir quatre-cent-soixante-dix ! Peut-on en conclure pour autant que la première réunion publique organisée par la Ville dans le cadre des Assises des marais a fait un ... flop ? On peut. On peut aussi écrire que, malheureusement, l'avenir des marais de  et de la Voiselle n'intéressent guère les ... maraîchers. Et encore moins les Berruyers, sauf pour s'y balader et prendre l'air du poumon vert de la ville. 

Comme vous le savez, ou pas, ces Assises, ont été lancées par Catherine Menguy, la ministre à la transition écologique-etc. Son but : « Co-construire entre usagers, collectivités et services de l'État, un diagnostic partagé et des solutions techniques et réglementaires viables »... comme il est écrit sur le site de la Ville. Son organisation a été confiée à l'agence DialTer, « spécialiste du dialogue multiterritorial ».  Pour les préparer, un questionnaire a été envoyé à tous les propriétaires.  Puis des ateliers thématiques ouverts à une trentaine de personnes, ont eu lieu fin juin. Il y aura d'autres, début octobre. Avec cette réunion de vendredi, « ouverte à tous, maraîchers, riverains, Berruyers, touristes », il s'agissait donc de donner la parole à un large public et de faire une sorte de point d'étape.

Après un propos liminaire, très court, de Catherine Menguy, saluant le travail des maraîchers, sans lesquels « il n'y aurait, ÉVIDEMMENT, pas de marais », les intervenants de DialTer ont très, très longuement expliqué leur démarche. Avant de donner enfin la parole  aux maraîchers, impatients de s'exprimer. Pour faire part de leurs inquiétudes et de leurs problèmes. Entre les questions parfois très terre-à-terre et les réponses un brin technocratiques, un sorte de dichotomie, quoi !  Ce qui fit dire à l'un des maraîchers, propriétaire de nombreuses parcelles qu'il loue, que nous étions en train de « sodomiser le diptère » ou « d'épépiner les groseilles »... Ambiance ! Moins prosaïquement, cette étrange impression que l'on tournait en rond dans une sorte de dialogue impossible ! 

Finalement, loin de l'exposé magistral des uns et des prises de bec lassantes des autres, on retiendra de cette soirée les données récoltées avec le questionnaire expédié, avant l'été, par la Ville, aux 1.743 « propriétaires référencés au cadastre ». Cent-soixante-huit enveloppes furent réexpédiées à l'envoyeur pour cause de destinataire inconnu alors que le questionnaire fut renvoyé rempli par 369 personnes, ce qui est bien peu. Au travers des réponses, on apprend que 187 maraîchers seulement connaissent la charte des marais, non opposable, mais censée être une sorte de guide de (bonne) conduite. Mais encore que 214 propriétaire et/ou locataires sont membres de l'une des deux associations de maraîchers (AMB et Patrimoine marais) quand 155 ne le sont pas. Enfin, que, parmi eux, 231 maraîchers sont retraités...  

Et, pour conclure, que dans les nuages (photo) des mots les plus souvent utilisés dans les réponses, donc dans les préoccupations des maraîchers, on retrouve en gros, les mots, biodiversité, tourisme, barque, jussie, friches, abandon, respecter... Et, en TRÈS GROS, les mots ENTRETIEN et BRÛLAGE ... 

(À suivre)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Pardonnez moi mais pour l'avis des berruyer qui profitent de ce poumon vert pour se baladée vu la reponse que vous m'avez faite lors du dernier bog sur les marais je n'oserais plus jamais dire quelque soit qui serait pris pour une généralité sur les maraîchers, sauf peut être la vitesses et l'impatience de CERTAINS pour passé nous laissant a peine le temps de rentré notre ventre .vous etes un amoureux inconditionnel des marais monsieur Alain Fourgeot , mais avec tout les chemins privés il ne reste que peux de place pour l'amoureux aussi des marais que je suis que quelque centaine de mètres pour s'y promener. Je vous respect dans votre combat pour les marais malheureusement très mal gérer dans beaucoup de domaines. Cordialement. Olivier Chabrat.
Répondre
A
Bonjour, Sachez que je suis pour la "déprivatisation" de certains chemins pour l'heure bouchés par des barrières ou non-auutorisés aux promeneurs afin que ces derniers profitent plus largement des marais. Mais le processus risque d'être très, très long... Je crois en un tourisme respectueux et je prends toujours plaisir à discuter avec des visiteurs curieux pour leur présenter ce lieu unique malheureusement en danger de mort.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents